Breaking News sa race
Accueil » France » Interview exclusive de Messieurs Merguignol et Gug-le-Nem

Interview exclusive de Messieurs Merguignol et Gug-le-Nem

Ben-Ouziel (correspondant d’Actualités Feuj) a rencontré Messieurs Merguignol et Gug-le-Nem, les responsables du journal « histoires-cons ».

B.O : « Messieurs, bonjour. On parle beaucoup de votre journal « histoires-cons » et de ses tribulations actuelles. Une première question, pourquoi ne pas l’avoir appelé « histoires-connes » ? »

M. Merguignol : « Nous avions peur d’avoir moins de succès avec une prononciation espagnole. »

M. Gug-le-Nem : « Bien que nous ayons un profond respect pour les Grands Maîtres du judaïsme espagnol, notre journal prétend davantage à une ouverture venant de l’est. Nous nous adaptons donc à notre public. »

B.O : « Vous teniez, Messieurs, à inviter avec vous une chaise vide. Pourquoi ? »

M. Merguignol : « Car il y a un grand absent… »

M. Gug-le-Nem : « Un très grand absent… »

B-O : « Pourriez vous être plus explicite ? »

M. Merguignol: « Le Grand Redac’ Chef. »

M. Gug-le-Nem : « Oui, moi. »

M. Merguignol (un peu énervé) : « Non pas vous ! Vous, vous êtes là, enfin presque. [M. Merguignol se jette sur la chaise, s’assoie dessus, puis la prend et la balance à travers la fenêtre] Maintenant, il n’y a plus d’absent. »

B.O : « Certaines mauvaises langues vous accusent de vouloir tout contrôler dans votre journal en bâillonnant les autres actionnaires. Une réponse ? »

M. Merguignol [retournant à sa place]: « C’est faux. Je viens du Limousin et on dit souvent que les gars de chez nous sont très fiers, dominateurs et ne supportent pas la moindre faute de ta’amim dans la kriat Torah. Eh bien moi je suis une exception à cette généralité. Puisque je suis humble et soumis, pourquoi voudrais-je tout contrôler ? »

M. Gug-le-Nem : « C’est ridicule. Je suis d’origine japonaise. On nous accuse d’être froids et calculateurs. Pourtant, comme M. Merguignol-sama, je suis humble et soumis. Je connais ma place. D’ailleurs pourquoi voudrais-je celle des autres alors qu’ils sont intellectuellement bien inférieurs à moi ? »

B.O : « Bien sûr, c’est logique. Il y a quand même un grand vide laissé par l’absence de représentant officiel des « histoires-cons »… »

M.M [coupant la parole] : « Mais si il y en a un, c’est moi ! »

GnafEtGuignol-Soleil

B.O : « Bien sûr, bien sûr, M. Merguignol, mais je faisais référence à un représentant plus éthique… ou disons… plus « spirituel »… »

M.G : « Auparavant, nous avions un tel représentant, Gillou-le-Nem-sama. Cependant, nous nous sommes aperçus qu’il était trop bien vu à l’extérieur et qu’il donnait une trop bonne image de notre institution. »

B.O : « Pourquoi « cependant » ? »

M.G : « Avoir une bonne image, c’est bien, mais il se trouve que cela nous faisait de l’ombre à M. Merguignol-sama et à moi-même. Or, étant d’un naturel frileux, nous préférons rester au soleil. »

B.O : « Certes, on voit plus M. Merguignol maintenant, mais vous M. Gug-le-Nem, on ne peut pas dire que vous soyez très présent auprès des médias « extérieurs »… »

M.G : « Vous connaissez Meyer Lansky, l’historique ami de Bugsy Siegel et Lucky Marcianno ? »

B.O : « Luciano… Oui… Mais quel rapport ? »

M.G : « On ne le voyait jamais mais il avait toutes les manettes. En tant que fan de PS-2 j’aime bien moi-aussi être dans ce rôle. »

B.O : « PS-2… Vous avez un train de retard là quand même … »

M. M : « C’est vrai qu’on accuse souvent M. Gug-le-Nem d’être dans le passé et de favoriser l’immobilisme… Mais je lui accorde toute ma confiance. »

M. G : « Merci Grand Merguignol-sama. »

B. O : « Messieurs, excusez-moi de vous couper dans votre élan de bons sentiments, une autre question : il y avait dans votre journal un spécialiste technique, Jérémie N. Cauet. Il s’est fait limoger discrètement. Pourquoi ? »

M. M : « Il s’est fait limoger car je viens du Limousin… Limousin..Limoger… Ptdr lol ! »

M.G : « Huh huh [rire discret] »

B.O : « Messieurs, un peu de sérieux… »

M. G : « Plus sérieusement, Monsieur Cauet était un technicien brillant. Mais je le suis aussi. C’est comme dans un bateau, si vous mettez deux capitaines, tout l’équipage finit par se noyer. Il faut un seul capitaine qui dirige fièrement son navire ! »

M. M : « De toute manière, on s’en fout de N. Cauet, les autres techniciens ne voulaient toujours pas manger chez nous même quand il était là… Alors un salaire en moins, ça mange pas de pain, d’ailleurs Gug-le-Nem, c’est motsi ou mézounot, ah ah ptdr lol ! »

M.G : « Huh huh [rire discret] »

B.O : « Je vous remercie de vos réponses très pertinentes. On peut être sûr qu’avec vous, l’avenir des « histoires-cons » est assuré… »

Dernière minute : Nous apprenons qu’une élection du représentant spirituel des « histoires-cons » a finalement été décidée. Ben-Ouziel a joint Messieurs Merguignol et Gug-le-Nem. Voici leur réaction commune : « Nous sommes fiers de cette décision qui intervient après la fusion entre l’édition nationale des « histoires-connes » et les « histoires-connes édition parisienne ». Nous nous élevons contre les mauvaises langues pensant que le représentant sera désormais obligé de porter un collier et une laisse dont les couleurs seront décidées par Monsieur Merguignol. C’est de la pure calomnie, il aura le droit de décider tout seul des couleurs ! A condition qu’ils soient verts. »

Enhanced by Zemanta

A propos de Mise en trentaine

Mise En Trentaine est le pseudonyme d’un vieux trentenaire qui a toujours nourri une passion pour l’investigation, pourvue qu’elle ne lui prenne pas trop de temps. Auteur du célébrissime blog éponyme, il se compromet également à la rédaction d’Actualités Feuj quand ses nombreuses sources lui réservent les scoops les plus exclusifs. Fin limier en surcharge pondérale à peine notable, il préfère miser sur l’humain et la confiance accordée à chacun de ses informateurs, plutôt que de se lasser dans de stériles procédures de vérifications chronophages. Instigateur du site, il n’en porte cependant aucune responsabilité. Ni fierté du reste, si ce n’est celle de dire plus tard à ses petits-enfants au moment de la remise de sa Légion d’Honneur : « Et dire que tout cela a commencé comme une blague d’été… »

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page
%d bloggers like this: