Breaking News sa race
Accueil » Israël » Intempéries en israël: Le Canon Canadien en cause

Intempéries en israël: Le Canon Canadien en cause

« L’Office du Tourisme Canadien s’excuse de la gène occasionnée »

C’est en ces termes laconiques que l’Office du Tourisme du Canada a publié une dépêche ce dimanche, expliquant que l’événement « Caribou & Colombe-The Caribou & Dove Fair », manifestation annuelle de l’association Canada-Israël, avait dégénéré a tel point qu’il a échappé a tout contrôle des organisateurs.
En cause: Le Canon à Neige canadien de dernière génération,  apporté spécialement de Calgary pour être utilisé dans les Salons de l’Hotel Renaissance a Jérusalem lors de la soirée de gala annuel. Ce Canon s’est enrayé pour des raisons qui reste à expliquer, lors des répétitions jeudi après-midi.
Hélas personne n’a été en mesure d’arrêter cette avarie, le canon projetant toujours plus de neige, même en débranchant la prise et cela grâce à son générateur de secours intégré capable de fonctionner en parfaite autonomie pendant les 9 mois de l’hiver canadien.

Seule solution pour éviter de détériorer le Salon de l’hôtel, diriger le canon vers le ciel. Résultat: tempête de neige sur la capitale israélienne.

neige_israel

Au final, Ouri Benzimri, québécois vivant a Jérusalem a retrouvé l’interrupteur. Quand tout le monde cherchait en effet la mention « On/Off » lui a appuyé sur le bouton « Fonctionnement/Cessation ».

La guerre linguistique de la Belle Province aura donc eu des répercussion jusqu’en Terre Sainte…

 

Auteur: Mise En trentaine

A propos de Mise en trentaine

Mise En Trentaine est le pseudonyme d’un vieux trentenaire qui a toujours nourri une passion pour l’investigation, pourvue qu’elle ne lui prenne pas trop de temps. Auteur du célébrissime blog éponyme, il se compromet également à la rédaction d’Actualités Feuj quand ses nombreuses sources lui réservent les scoops les plus exclusifs. Fin limier en surcharge pondérale à peine notable, il préfère miser sur l’humain et la confiance accordée à chacun de ses informateurs, plutôt que de se lasser dans de stériles procédures de vérifications chronophages. Instigateur du site, il n’en porte cependant aucune responsabilité. Ni fierté du reste, si ce n’est celle de dire plus tard à ses petits-enfants au moment de la remise de sa Légion d’Honneur : « Et dire que tout cela a commencé comme une blague d’été… »

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page
%d bloggers like this: