Breaking News sa race
Accueil » France » Jesus, Grand Rabbin de France

Jesus, Grand Rabbin de France

séminaire

« Jesus, le Grand-Rabbin de France fait parti des anecdotes qui ont émaillé l’histoire du Consistoire Central Israélite de France » nous raconte Paul Stein, historien, spécialiste des institutions juives.

« C’était en 1952, quelques semaines après le décès du Grand Rabbin Isaïe Schwartz, il a fallu organiser une nouvelle élection. »

« Tous les Grands Rabbins ont donc été réunis pour élire le prochain Grand Rabbin de France.
Comme, à cette époque, être Grand Rabbin de France était vécu comme une charge et non comme un honneur, il était donc communément admis que les Grands Rabbins ne puissent pas voter pour eux-mêmes. »

« Nous ne saurons jamais précisément ce qui s’est passé : un malheureux hasard ? Une bataille d’égos ? Une farce qui a mal tourné ? Toujours est-il qu’aucun des rabbins présents n’a inscrit le nom d’un de ses collègues. Et, plutôt que de voter blanc, tous ont écrit sur leur papier le nom de l’homme à tout faire du Consistoire (au demeurant, très apprécié) : Jesus Alvaro de Abreu. »

« C’est ainsi que Jesus, catholique baptisé et croyant, a été élu Grand Rabbin de France en 1952. Bien entendu, il était hors de question de diffuser cette information publiquement. Des avocat ont été embauchés pour tenter d’annuler cette élection, mais juridiquement, il n’y avait aucune faille. Dans les statuts, on avait même oublié de préciser que le Grand Rabbin de France devait être juif ! Il a fallu attendre 1955, pour que Jesus abandonne précipitamment son titre pour s’occuper de sa mère malade au Portugal. Les règles de l’élection ont alors changé et c’est le Grand Rabbin Jacob Kaplan qui a été élu. »

« Jesus n’avait évidemment ni compétence rabbinique, ni rôle officiel. Les tentatives désespérées pour lui enseigner les bases du judaïsme se sont révélées être des échecs. Au final, il est resté l’homme à tout faire, mais en gardant le titre de Grand Rabbin de France.
Et si l’information n’est pas sortie des murs de la rue Saint-Georges, la blague, elle, est restée : lorsque qu’il faut réparer ou replanter quelques clous, aujourd’hui encore, on appelle le Rav Jésus ! »

« Vous ne me croyez pas ? Regardez qui occupait le poste de Grand Rabbin de France entre 1952 et 1955… »

GRFSource : wikipédia, 23 octobre 2013 à 12h15

Oyshkenaze

Crédit photo : collection photothèque AIU

Enhanced by Zemanta

A propos de Oy Shkenaze

Après avoir exercé plusieurs métiers alternant succès et célébrité, Oyshkenaze est revenu à son domaine de prédilection, le journalisme de terrain. Cette passion le poursuit depuis toujours puisqu'en primaire déjà, il était le rédacteur en chef du journal de son école. Sa mère confirme : "Les appréciations de ses professeurs sur ses rédactions et son 11/20 à l'écrit du baccalauréat de français présageaient déjà de la brillante carrière qu'il mène aujourd’hui à Actualités Feuj"

6 commentaires

  1. Jésus, il s'occupe aussi parfois de nettoyer la salle après le Kiddouch à la syna.
    Ou c'est Traoré ? je sais plus…

  2. Il devrait postuler comme Shabbath Goi!

  3. c'est comme ça qu'il aurait été connu puis embauché par le Consistoire…à la limite c'aurait pu être un Mohamed, Grand Rabbin 😉

  4. Votre site est aussi désopilant que la Mère Denis en train de danser la Salsa dans une boîte branchée de Las Vegas. Vos pseudos pastiches sont d'un comique à faire pâlir le pire comique troupier. C'est quoi votre prochain canular ?
    La liaison discrète entre Gilles Bernheim et Rachida Dati ? Un nouveau Festival de Rock Metal à Auschwitz ?
    Bref, vous êtes la honte de la communauté.

  5. c'est des fake

  6. J'avais compris mais franchement il faut laisser ça aux spécialistes du brocardage des "people"… "Jésus grand rabbin de France" et "Un Beit Habad chez les roms" c'est d'un goût douteux…

Revenir en haut de la page
%d bloggers like this: