Breaking News sa race
Accueil » France » Imbroglio autour de l’ouverture d’un Beth Habad dans un camp de Roms

Imbroglio autour de l’ouverture d’un Beth Habad dans un camp de Roms

bethhabadrom

Saint-Denis, Île-De-France
Le mouvement Habad vient de donner son accord à la création d’un Beth Habad de fortune dans l’un des plus grands bidonvilles de France. Ce seront plus de 4500 immigrés issus de la communauté Rom qui pourront profiter des services de la plus importante organisation Juive au niveau mondial.

Les Roms bénéficieront de tous les services d’un Bet Habad traditionnel, à savoir:

  • pose de tefilin,
  • distribution hebdomadaire des bougies de chabbat,
  • visites aux malades,
  • distribution de la tsedaka,
  • cours de pensée juive,
  • repas cacher pour les étudiants,
  • sonneries du chofar à Roche Hachana,
  • allumage public en présence des officiels lors de la fête de Hannouka etc.

Tout a commencé suite à une rencontre entre Menahem Mendel et Zivkoblu. Menahem Mendel se promenait un matin quand il aperçut Zivkoblu dérober un fil de cuivre. Il lui demanda donc ce qu’il voulait en faire, et il répondit: « tfilin, salvouplé, tfilin!!! »
Menahem Mendel comprit alors que Zivkoblu cherchait à fabriquer des tefilin avec des câbles de cuivre.

Après plusieurs semaines de recherche dans les archives généalogiques de la communauté Rom disponibles sur Internet, Menhaem Mendel se rendit compte que les Roms avaient possiblement des origines juives et étaient probablement une des 10 tribus perdues d’Israël. L’emplacement du nouveau Beth Habad était tout trouvé.

Les représentants de la communauté Juive ont vu cela d’un mauvais œil : « ce n’est pas parce qu’ils roulent en Mercedes et qu’ils sont détestés par tous qu’ils sont forcément Juifs ! » s’exclame Serge Boutboul.

Étonnement, ce fut grâce à un partenariat avec l’UEJF, dans sa vocation humaniste et militante, que le bâtiment Habad a pu obtenir toutes les autorisations administratives pour être implanté au sein de ce campement illégal.

Le CRIF, prônant le rassemblement communautaire, a décidé d’intégrer dans sa fédération les représentants de la communauté Rom dont les premiers signes du prêche Habad se font déjà ressentir : toutes les femmes portent désormais un foulard, sont mamans d’au moins 12 enfants à l’âge de 28ans et allument les bougies de chabbat. Côté hommes, Zivkoblu enfile quotidiennement sa paire de tefilin et sa kippa « yehi adonénou… » et c’est avec une grande sim’ha qu’il se rend au Bet Habad le chabbat pour déguster le farbrenguen.

La Seine-Saint-Denis abrite environ 20 000 Roms dont 4 500 vivent dans ce camp. À ce jour, grâce au Bet Habad, il n’est pas menacé de démolition.

IMG_2214 (Medium)-480

Benito Kiessel

Article publié initialement sur Senguy News et reproduit ici avec la permission de l’auteur

Crédit photo : Hassidout Australia

Enhanced by Zemanta

A propos de Oy Shkenaze

Après avoir exercé plusieurs métiers alternant succès et célébrité, Oyshkenaze est revenu à son domaine de prédilection, le journalisme de terrain. Cette passion le poursuit depuis toujours puisqu'en primaire déjà, il était le rédacteur en chef du journal de son école. Sa mère confirme : "Les appréciations de ses professeurs sur ses rédactions et son 11/20 à l'écrit du baccalauréat de français présageaient déjà de la brillante carrière qu'il mène aujourd’hui à Actualités Feuj"

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page
%d bloggers like this: