Breaking News sa race
Accueil » Fait divers » Le Gefilte Fish au patrimoine mondial de l’UNESCO

Le Gefilte Fish au patrimoine mondial de l’UNESCO

gefilte14

Marc Fiszbajn peut être satisfait. Ce gastronome, amoureux de la cuisine d’Europe de l’Est, voit l’aboutissement d’un combat vieux de 15 ans : faire entrer la cuisine ashkénaze, et plus particulièrement le gefilte fish (la carpe farcie), au patrimoine mondial immatériel de l’UNESCO.

« Le gefilte fish est le plat emblématique de la cuisine juive d’Europe de l’Est. C’est celui qui nous accompagne à chaque fête depuis des générations : chabbat, pessah, roche hachana… Tout juif ashkénaze y a goûté au moins une fois dans sa vie. Le faire entrer au patrimoine mondial de l’UNESCO, c’est lui donner, enfin, ses lettres de noblesse ! »

Le patrimoine mondial immatériel de L’UNESCO concerne les processus culturels qui inspirent aux communautés vivantes un sentiment de continuité par rapport aux générations qui les ont précédées et revêtent une importance cruciale pour l’identité culturelle ainsi que la sauvegarde de la diversité culturelle et de la créativité de l’humanité.

Le gefilte fish est désormais distingué au même titre que les pains d’épices de Croatie, la danse des ciseaux du Pérou ou encore, les tours humaines de Catalogne.

Marc Fiszbajn poursuit :  « l’inscription de cette recette au panthéon du patrimoine culturel mondial annonce le début d’un vaste programme de promotion du gefilte fish. Bientôt, vous le retrouverez chez les traiteurs cashers, dans les mariages juifs etc. Il devrait même être proposé au menu des écoles juives dès janvier prochain. »

Les séfarades, eux, peuvent se vanter d’être présents depuis 2010 au patrimoine immatériel de l’UNESCO avec la loubia, la pkaila, la diète méditerranéenne.

Oyshkenaze

Et au fait… Savez-vous comment on reconnait un gefilte fish dans l’océan ?
C’est le seul qui a une carotte sur le dos.

Crédit photo : Zenreich Systems

Enhanced by Zemanta

A propos de Oy Shkenaze

Après avoir exercé plusieurs métiers alternant succès et célébrité, Oyshkenaze est revenu à son domaine de prédilection, le journalisme de terrain. Cette passion le poursuit depuis toujours puisqu'en primaire déjà, il était le rédacteur en chef du journal de son école. Sa mère confirme : "Les appréciations de ses professeurs sur ses rédactions et son 11/20 à l'écrit du baccalauréat de français présageaient déjà de la brillante carrière qu'il mène aujourd’hui à Actualités Feuj"

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page
%d bloggers like this: