Breaking News sa race
Accueil » Fait divers » Le restaurant « La Tête de Cochon » était casher à son insu

Le restaurant « La Tête de Cochon » était casher à son insu

880-so-galeriephotos-photo03-fr2

Encore une histoire de cochon casher !

« Le restaurant La Tête de Cochon situé sur le Boulevard Raspail à Paris est un restaurant casher » déclare Daniel Fischer, un de nos fidèles lecteurs.

Daniel Fischer, cadre dans une entreprise de télécommunication, était invité pour un déjeuner d’affaire au fameux restaurant étoilé La Tête de Cochon. Juif pratiquant et mangeant casher, Daniel, comme à son habitude dans ces circonstances, apporte son propre déjeuner dans une boite Tupperware hermétique.

« C’est en descendant en cuisine pour demander au chef de me réchauffer mon Tupperware que je me suis rendu compte que quelque chose clochait : non seulement, il n’y avait pas de cochon en cuisine, mais en plus, j’ai reconnu le fameux tampon Beth Din de Paris sur les emballages de viande jetés à la poubelle. »

Christian Pontier, le gérant et chef du restaurant est atterré : « Nous sommes renommés à l’international pour nos spécialités à base de cochon et charcuteries. Cela fait des années que nous nous approvisionnons chez Chlomo et que nous lui commandons toute sorte de cochonnailles et produits d’épicerie. Nous n’avions jamais imaginé qu’il nous livrait autre chose que du cochon et encore moins de la viande casher. »

Nous sommes allés vérifier en cuisine en compagnie d’un expert en casherout indépendant. Effectivement, non seulement la viande est casher, mais c’est également le cas de tous les produits d’épicerie, les condiments et les vins. Et, à notre grand étonnement, nous n’avons pu trouver aucun produit lacté.

Christian Pontier, sous le choc, essaie de se justifier : « vous savez, quand on veut avoir de la bonne viande, il faut y mettre le prix. Nous avons choisi le boucher le plus cher de Paris. Peut-être que nous avons eu le tort de ne pas regarder attentivement ce qu’il nous livrait. »
Concernant l’absence de produits lacté : « étant intolérant au lactose, je remplace le lait par du lait de soja et le beurre par de la margarine. »

Nous lui avons demandé si il comptait changer de fournisseur : « Vous rigolez ? Je ne vais pas laisser le monopole de la gastronomie casher à Michalak ! Et maintenant que je sais que mon restaurant est également casher, je vais pouvoir encore augmenter les prix ! »

Oyshkenaze

Crédit photo : café de la paix

Enhanced by Zemanta

A propos de Oy Shkenaze

Après avoir exercé plusieurs métiers alternant succès et célébrité, Oyshkenaze est revenu à son domaine de prédilection, le journalisme de terrain. Cette passion le poursuit depuis toujours puisqu'en primaire déjà, il était le rédacteur en chef du journal de son école. Sa mère confirme : "Les appréciations de ses professeurs sur ses rédactions et son 11/20 à l'écrit du baccalauréat de français présageaient déjà de la brillante carrière qu'il mène aujourd’hui à Actualités Feuj"

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page
%d bloggers like this: