Breaking News sa race
Accueil » Brèves » Drame pendant Soukkot

Drame pendant Soukkot

sukkot

Alors que la fête de Soukkot est habituellement une fête de réjouissance, la famille Semama a connu les pires festivités depuis au moins 40 générations.

Tout a commencé par une idée saugrenue du père de famille, Mordehai.

A l’approche de Soukkot, Mordehai prit ses précautions afin de ne pas revivre la mauvaise expérience de l’année précédente : la Marne était en crue et a inondé habitations, cours et jardins obligeant la famille Semama à vivre 7 jours dans la Soucca, les pieds dans l’eau…

Cette année, s’inspirant de la Bible et plus particulièrement de l’histoire de l’Arche de Noé, Mordehai a construit une Soucca renforcée, imperméabilisée à la poix. Il y fit entrer toute sa famille et entassa suffisamment de provisions pour y rester une semaine.

Hélas, les éléments se déchaînèrent à nouveau contre la famille Semama. Cette fois-ci, les eaux ne vinrent pas d’en bas, mais d’en haut.

Les murs de la soucca était certes parfaitement étanches, mais, fidèle à la Tradition, Mordehai avait posé un toit fait de branchages parfaitement perméable. Les trombes d’eau arrivant dans la soucca ne pouvaient s’évacuer à l’extérieur. Avec l’humidité, les gonds de la porte se sont grippés. La famille Semama s’est retrouvée prise au piège.

Ce sont les voisins qui ont appelé les secours samedi soir lorsqu’ils ont vu la soucca déborder par le haut, la famille Semama sur un radeau de fortune construit avec la table de la Soucca.

Mordehai, frigorifié, a pu tout juste dire avant d’être conduit à l’hôpital : « Au moins, nous avons pu accomplir cette belle mitsva. La prochaine fois, je prévoirai des conduits d’évacuation ».

Oyshkenaze

Crédit photo : Ron Almog

 

A propos de Oy Shkenaze

Après avoir exercé plusieurs métiers alternant succès et célébrité, Oyshkenaze est revenu à son domaine de prédilection, le journalisme de terrain. Cette passion le poursuit depuis toujours puisqu'en primaire déjà, il était le rédacteur en chef du journal de son école. Sa mère confirme : "Les appréciations de ses professeurs sur ses rédactions et son 11/20 à l'écrit du baccalauréat de français présageaient déjà de la brillante carrière qu'il mène aujourd’hui à Actualités Feuj"

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page
%d bloggers like this: