Breaking News sa race
Accueil » Fait divers » Miracle de Souccot

Miracle de Souccot

L’adage de Ben Azaï selon lequel il faut « courir après les Mitsvot », ne sera jamais aussi vrai pour la famille Aboudner, de Jouy-en-Besace, qui comprend aujourd’hui sa signification profonde.

La Disparition mystérieuse
Tout remonte à Tichri 2012. La famille El-Msoul passe les fêtes chez leur gendre (la famille Aboudner),les réjouissances de Souccot se passent sans encombre. Le drame survient au lendemain des fêtes:
La belle mère (Fortunée El-Msoul) a disparu sans laisser de traces. En fin d’après midi, et toujours sans nouvelle de sa part, la panique s’installe. Les amis ainsi que les proches sont sollicités. Impossible de localiser la belle mère. La police croyant à un drame familial ira même jusqu’à mettre le gendre en garde à vue pendant 48h.

L’espoir s’amoindrit de jour en jour. La famille, désespérée, se lance dans une grande compagne de recherche (Internet, appels à témoins, affiches dans les grandes enseignes communautaires…).  Le temps passe et les proches, bien que sans nouvelles, ne baissent pas les bras.
D’un commun accord, la famille décide malgré tout de passer à nouveau les fêtes de Souccot ensemble. Intervient alors un véritable miracle ! Le gendre (David Aboudner) retrouve, en dépliant son skhah  (canisse de bambou qui recouvre le toit de la soucca), sa belle-mère disparue un an plutôt ! Il tarde à la reconnaitre, amincie par un an de privations.
« O zittre nicht, mein lieber Sohn » déclare-t-elle de sa douce voix.

canisse

Que s’est-il donc passé ce fameux soir de fin Tichri 2012 ?
David Aboudner a coutume de passer Souccot dans une communauté Loubavitch. Suite à des réjouissances de Sim’hat Torah bien arrosées, celui-ci se mit en tête de ranger sa souccah dès la sortie de la fête. Dans son élan alcoolisé, il replie le skhah et les madriers sans faire attention à sa belle-maman, prise au piège dans les canisses de bambous.
Mémé Fortunée se retrouve coincée, sans pouvoir bouger.
Elle réussira à survivre un an durant grâce aux restes de Pessah entreposés dans la cave. Elle parvient même à se distraire un peu grâce à un vieux poste radio, malheureusement bloqué sur Radio Berlin (notons que depuis, Mémé Fortunée parle couramment allemand). Elle est certes amincie (-60kg) et fatiguée, mais elle est surtout heureuse d’avoir retrouvé sa famille. Tous sont conscients du grand miracle dont ils ont été témoins.

« Vesamakhta Behaguekha veayita akh Saméah » (et tu te réjouiras dans ta fête et tu seras seulement heureux).

La société de consommateur israélienne produisant le skhah a décidé d‘imposer un autocollant sur chacun de ses produits notifiant les utilisateurs du danger.

vieux2

 

A propos de Benoit Sfez

Benoit Sfez, né le 27 mai 1968 à Perros Guirec, dans l'État libre de Bretagne, fut le rabbin du Morbihan du 19 avril 2005 au 28 février 2013, sous le nom de Krenondidiou (en breton : Krenondidiou Herr Matt.). Il enseigne la théologie dans des universités bretonnes, est rabbin d'Arradon et Kernez, puis moyen rabbin. En novembre 1981, il est nommé cho'het (uniquement sur le poisson). Élu le 19 avril 2005 en tant que moyen rabbin, il est le premier rabbin breton sobre depuis la fin 68. Le 11 février 2013, il annonce qu'il renonce à ses fonctions, cette décision prenant effet le 28 février suivant. Il devient dès lors, et de façon inédite, « Ex moyen rabbin dont tout le monde se fout ». Il est depuis reporter exclusif pour Actualité Feuj, en tant qu'envoyé spécial pour la région du Golf du Morbihan.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page
%d bloggers like this: